La paléobiologie moléculaire (1)

Titre afférent :

  • Richard-Alain JEAN, "Introduction à une suite d'articles sur la paléobiologie moléculaire (1)", dans Xavier RIAUD, "Apport de l'étude de l'ADN et de la structure minérale d'une dent en archéologie et en odontologie médico-légale à travers quelques cas historiques", Première partie, dans Histoire de la médecine en Egypte ancienne, Cherbourg, 22 février 2013.

 Introduction à l'article original complet :

 

La paléobiologie moléculaire

 

Xavier RIAUD nous propose maintenant un article en deux parties, certes à caractère archéologique plus qu'égyptologique, mais qui démontre bien l’importance des moyens multidisciplinaires à mettre en œuvre au cours des enquêtes paléopathologiques afin d’élucider des diagnostics au moyen, ici, de la biologie moléculaire. Les « examens complémentaires », dont nous avons besoin en médecine quotidienne, se trouvent en effet catapultés au premier plan, faute de pouvoir exercer une observation clinique ordinaire sur les restes humains qui nous parviennent (!) De plus, les squelettes, et même les momies, peuvent ne pas être complets, alors que l’on comptait justement sur une pièce anatomique particulière pour établir un fait. Assez souvent, nous ne possédons que la tête d’une personne ou d’un animal donné, et ceci à toutes les époques. Or il se trouve par exemple, que les mâchoires recèlent bien des indices cachés, d’où l’intérêt d’étudier les organes dentaires qui peuvent se révéler contenir de véritables archives – individuelles, puis collectives, voir écologique d’un système – qui sont en quelque sorte, des éléments marqueurs du temps et donc se trouvent, pour les archéologues des corps, très précieux à cet égard. Les praticiens de l’histoire de la médecine sont donc actuellement amenés à prescrire des épreuves biophysiques et chimiques afin de déterminer une quantité de facteurs biologiques et médicaux qui nous renseigneront – cette fois avec des marges d’erreurs de plus en plus restreintes, par rapport aux méthodes jadis utilisées – sur l’anthropologie et l’état de santé des hommes qui nous ont précédés en Égypte et dans d’autres contrées du monde antique.

Nous trouverons d’abord, aujourd’hui, la première partie consacrée à l’ADN pulpaire, puis demain, la deuxième partie, consacrée à la structure minérale.

 

Richard-Alain JEAN

 

Première partie : article original du 22 février 2013 :

Cliquer :  Paléobiologie moléculaire II  

Deuxième partie : article original du 23 février 2013 :

Cliquer :  Paléobiologie moléculaire III